dimanche 3 février 2008

La traversée des Pyrénées basques par la H.R.P.

Ce reportage est dédié à †Patrick, décédé en 2016,
qui fut l'un de nos amis "suiveurs" 
sur une partie de cette très ancienne traversée.
Repose en paix, l'ami...

Partis à trois, nous revînmes à deux...et une voiture suiveuse...
Le beau temps fut de la partie pendant presque huit jours,
du 28 juillet au 4 août 1992... une éternité.
Cliquer sur les photos pour les agrandir
  • Etape 1 (28/07/1992): Col de la Pierre St Martin (1760m) - Refuge pastoral d'Ardane (1332m)

9h 10: Première pause entre le Port d'Erraize / Erraizeko lepoa et le col de Cortaplana , avec les Pic d'Anie et d'Anialarra en toile de fond.
Il fait déjà chaud et le poids des sacs se fait sentir.

Après une portion assez "bitumée, nouvelle pause au Port d'Urdaite (1416m) vers 11h 15, devant la Kartxela ou Lakartxela (1982m) et la puissante crête qui le relie à la Keleta (1902m).
Admirez les tenues particulièrement "tendance" des trois aventuriers... Le soleil, très présent dès le départ, fera reparler de lui...

Depuis le Port de Binbaleta:
Lakhura (à gauche), puis Anie, Ansabère, Trois Rois,
Chipeta Alto, Gamueta, Vallée de Roncal.

 Thomas en méditation devant le Binbaleta.
Nous ferons un saut au sommet. (1756m)

15h: Xardekagaina (1893m) depuis les environs du Port de Binbaleta.
Dans l'échancrure, à gauche, Otsogorrigaina (1923m); 
à droite, crête de Burustola.

Nous prendrons la direction du col d'Uthürurdineta. Soleil brûlant..
A 18h, après une longue et éprouvante traversée, nous rejoignons l'Abri pastoral d'Ardane (1332m), que nous trouvons occupé par d'autres randonneurs.
Abri pastoral d'Ardane (1332m).

Nous optons donc pour l'apéro et le bivouac au bord du torrent.
L'étape a été rude en raison de la chaleur, du chargement trop important et des premières ampoules probablement causées par le goudron entre le col de la Pierre St Martin et le port d'Erraize.
  • Etape 2 (29/07/1992) Vallon d'Ardane (1332m) - Col de Bagargi (1320m), par le Pic d'Orhy (2017m)
Après un réveil à 7h 00, départ vers les crêtes du Gaztarrigaina en évitant quelques passages délicats. Ensuite, ligne de crête facile, par Betzula, et vue immense jusqu'au Port de Larrau.
Pic d'Orhy / Orhi, depuis Gaztarrigaina.

Le franchissement du Pic d'Orhy depuis le Port de Larrau s'est fait sous une chaleur accablante et les premiers signes de fatigue de l'un d'entre nous (Thomas), criblé de coups de soleil, se sont manifestés...
A Ibarrondoa, un montagnard nous apprend qu'une jeune femme de 27 ans a dévissé la veille, vers Orritxipia. Elle est morte sur le coup. Le moral est plutôt moyen pour la fin de l'étape qui nous paraît interminable et n'offre aucun coin d'ombre!  

Orhy / Orhi depuis le col de Tharta / Thartako Lepoa, 15h.

Nous arrivons au Col de Bagargi assez éprouvés, mais le chalet-restaurant du Col ("Chez Jacques") apaise nos souffrances grâce aux côtes d'agneau et au rosé de Navarre bien frais... Un ami (Patrick) est venu de Bayonne en moto pour nous retrouver. La nuit est confortable au refuge, mais le soleil a laissé des traces...

Près du col de Mehatse.
  • Etape 3: 30/07/92: Col de Bagargi (1320m)- Refuge d'Egurguy (850m), par Okabe (1456-1466m)
Départ vers 9h:  Patrick dit "Patoche", le gentil camarade motard, achète quelques vivres au petit centre commercial et nous déleste des tentes. Le cheminement entre Irati et le bois de Petrilarre est chaotique car raviné par les pluies, mais enfin à l'ombre.
Avant de descendre vers le chalet forestier, Thomas, souffrant des coups de soleil des jours précédents (oedèmes et fièvre) nous fait part de sa décision d'abandonner... Le moral est en berne pour tout le monde jusqu'au Chalet Pedro.
Après conciliabule, Michel et moi-même, les deux "survivants" de l'aventure, partons pour Okabe, alors que Thomas, l'homme blessé, s'engage sans hésiter à nous rejoindre le lendemain avec sa "voiture suiveuse". Quel beau geste de sa part!
Cette solution atténue quelque peu notre déception et nous continuons l'étape sans problème particulier jusqu'au sommet d'Okabe et le refuge d'Egurguy, atteint au terme d'une longue descente vers 18h.

Cromlechs d'Ilarita, sous le sommet  d'Okabe.

La clé du P.A.J. (Point d'Accueil Jeunes), qui fermera quelques années plus tard, est détenue par un berger avec qui nous passons un début de soirée bien sympathique.
  • Etape 4 (31/07/1992): Egurguy - Col d'Ibaineta, par URKULU
Départ 8h 15. Passage au col d'Errozate et aux bergeries d'Uhartegain.
Puis, longue traversée versant sud (flancs du Sayarre, puis Barranco de Changoa et vallée morte d'Iropile).

Ruisselet -probablement Sobarreko erreka-
dans le Barranco de Changoa.

Canicule dès le matin, beaucoup de lapiaz jusqu'au sommet d' Urkulu, absence de carte pour ce versant "espagnol"... En bref une étape éprouvante et interminable, avant que Thomas et Patoche, à bord de leur voiture suiveuse, nous retrouvent par miracle en fin d'après-midi sur la piste venant des flancs de Mendi Chipi et Astobizkar et nous conduisent à un hôtel douillet de Burguete, via le col d'Ibañeta. Quel soulagement!...

Nous n'avons pas connu la même fin que Roland en ces mêmes lieux en 778, mais avons frôlé la catastrophe dans les immenses lapiaz et autres barres rocheuses...

Paysage depuis les environs d'Arnostegi

Urkulu: tour-trophée (romaine),
depuis le col d'Arnostegi
  • Etape 5 (1/08/1992): Burguete - Aldudes /Aldude
Etape assez courte et sans problème particulier, si l'on excepte une panne de voiture à Burguete (!!) et un peu d'autostop jusqu'au Col d'Ibañeta.
Passage au sommet du Lindus (1220m) et son ancienne redoute napoléonienne, puis sur les flancs d' Achistoy / Axistoi.
Près du Lindus.

Ensuite, traversée agréable et ombragée de la forêt d'Haira et descente vers les Aldudes par les cols d'Hauzay, Teilary et Meharrosteguy.
Village des Aldudes / Aldude.

Etape touristico-gastronomique aux Aldudes, à l'hôtel Bailea, où nous attendent des amis:
Moment de détente entre copains à l'Hôtel Bailea (Aldudes/Aldude)
Patrick est au centre de la photo, Thomas à droite.
  • Etape 6 (02/08/92): Aldudes- Arizkun, puis bivouac au hameau abandonné d'Arizakun
Rue d'Arizkun.

Montagnes d'Arizkun /Azpilkueta.

Départ des Aldudes/Aldude avec le plein de vivres pour le reste de la traversée !!
Ensuite, l'étape se déroule sans problème particulier à travers des paysages superbes et isolés de moyenne montagne, principalement versant Sud. Des plaques ont été apposées entre les cols de Berdaritz et Burga pour indiquer des monuments datant de l'âge du fer.
La descente vers Arizkun (halte dans le joli village, voir photo ci-dessus) sera suivie d'un "convoi" en voiture jusqu'au village abandonné d'Arizakun, où nous préparons un dîner inoubliable et terminons par un bivouac près d'une truie visiblement peu impressionnée!!

Fronton abandonné d'Arizakun et truie affairée!

  • Etape 7 (3/08/92) : Arizkun-col de Lizuniaga
Thomas et son automobile nous remontent vers Azpilkueta de bon matin.
Pas de photo de cette étape parcourue par temps couvert et un peu de pluie sur la fin. Passages aux cols de Bagacheta, d'Eskizaroy, d'Ursua et beaucoup plus tard à celui de Lizarrieta.

Arrivée assez tardive au col de Lizuniaga pour le bivouac, vers 19h, au milieu des "festayres" venus de Bayonne. La venta- restaurant est très accueillante et la "sopa de caldo" réconfortante...

  • Etape 8 (4/08/1992): Col de Lizuniaga-Biriatou, par la Rhune/Larrun
Préparatifs un peu émouvants de cette dernière étape de notre périple, près de la vieille borde de Lizuniaga. Montée énergique vers la falaise dUrkila, peu visible dans la brume, puis passage au sommet de Larrun / La Rhune dans un brouillard épais-donc, pas de photo!-, avant de retrouver un temps plus clément vers les ventas d'Ibardin et ses touristes (!).
La fin de l'étape est superbe, avec vue sur l'Océan vers le Mandale-pas de photo utilisable hélas...-, puis entre le col d'Osin / Osingolepoa et le Xoldokogaina . 

Fin du voyage des "bronzés", à Biriatou / Biriatu.

IMPRESSIONS: 
Ces 8 jours de traversée, principalement versant sud, se sont bien passés malgré la déception qu'entraîne toujours l'abandon d'un équipier...devenu suiveur émérite.

La météo, favorable pendant 7 jours, ainsi que l'aide d'amis (1) pour les rendez-vous "vivres-vêtements-pharmacie"- nous ont bien aidés à poursuivre et à terminer l'aventure. En revanche, la descente à Hendaye en plein mois d'août nous est apparue superflue, ce qui explique notre arrêt définitif en "zone montagne", à Biriatou.

Les indications du regretté G. Véron ont été particulièrement utiles, même s'il a fallu les décoder dans le sens EST/OUEST, alors que son tracé d'origine est dessiné dans l'autre sens.(2)
Plus de vingt après, cette aventure reste un magnifique souvenir. Je ne sais si j'aurais un jour l'envie et le courage de me lancer dans les autres étapes de la HRP, sachant que nous avions pris un peu "d'avance" l'année suivante (1993) en franchissant quelques étapes béarnaises... (3)
  • (1) En 2016, Patrick dit "Patoche", l'un de nos amis, compagnon de nos années d'insouciance, nous a quittés trop rapidement. Ce petit reportage lui est  naturellement dédié...
  • (2) En plus du topo de G.Véron, aidé par son ami Charles Etchepare pour la partie basque de la HRP, à lire également: "Souvenirs d'un Pyrénéiste", par M. Record Casenave, en hommage à G.Véron; Rando Editions, novembre 2007.
  • (3) Pour aller au-delà des montagnes basques et béarnaises, voici un site extra (d'un copain) sur la traversée intégrale : HRP par Gérard
    ______________________________
Patrick-aren oroitzapenetan  (1959-2016), 
gure laguntzale, gure gazte denborako adiskidea...

Zer oroitzapen ederra, zortzi eguneko txango zahar hori!
"Gure " HRP zeharkatzea- Euskal partea bakarrik- guk egin genuen 1992etan, aro ederrekin, zorionez.

Osoa edo ez, HRP Pirineoak Kantauriar itsasotik Mediterranear itsasora zeharkatzea esperientzia paregabe eta ederra da... bainan kontrako bidetik guk egin dugu gure partea: Col de  La Pierre Saint Martin /Ernazko lepotik Biriatura (ez Hendaian...), mendi eremuan. Miresgarria da ere bai.

Ene adiskideek, milesker zuen laguntzarengatik bizpahiru egunetan, jatekoak eta arropak! 
Eta oroitu bat Thomas-entzat, gure mendiko laguna hiru lehen egunetan, eta gero gure "jarraitzale" onena!

Aucun commentaire: