mardi 11 août 2020

Okabe, quelques décennies plus tard...

Retour à Okabe, ses cromlechs et son immense panorama, 
presque 30 ans après...
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Crête d'Ilarrita depuis le Col de Sourzai.

Saroberri depuis le Col de Sourzai.

Début de la montée dans le bois.

La belle hêtraie de Sourzai.

Bassin marécageux.

Poursuite de la montée dans le bois.

Arrivée à proximité d'Ilarita.

Depuis le GR10 à proximité d'Ilarita,
massif des Arbailles: Behorlegi, Zaboze, Ihatea...
Plus près, Saroberri, Xardeka...

Depuis le GR10 à proximité d'Ilarita,
Artano et massif des Escaliers.

Zoom sur Orhi, depuis le plateau d'Okabe.

Près du sommet d'Okabe, rocher sommital.

Depuis le rocher sommital d'Okabe, 
Ortzanzurieta, Mendizar, Errozate...

Depuis le rocher sommital d'Okabe,
Ortzanzurieta, Urkulu, Errozate, Auza...

Depuis le rocher sommital d'Okabe,
Pelusagaina, Odeizu, Anie, Orhi, Peña Forca...

PANORAMA - venté! - DEPUIS OKABE:


Sur le Rocher sommital d'Okabe.

Depuis les environs du second sommet d'Okabe,
Errozate, puis Autza, Iparla, et Baigura au loin...

CROMLECH d'Ilarita, 
avec Behorlegi-Zaboze-Ihatea en arrière-plan.

Cromlech et Pic d'Orhi en arrière-plan.



Pic de Behorlegi au-dessus des cromlechs.
Saroberri au premier plan.

Descente vers Sourzai.

 Cabane de Sourzai et Saroberri.

20 juin 1992;
30 juillet 1992.
6 août 2020:
Retour à Okabe, en mode "famille - copains- chiens copains"..., après deux très anciennes sorties presque sans photo (!) en juin 1992 pour une première visite, puis en août de la même année lors de notre Traversée des Pyrénées basques par la HRP

Quelques hectomètres avant le Col de Surzai (1), à 1135m, atteint par la petite route entre Irati et Esterenzubi, l'ancien chemin s'élance direction SO - 30T 0654945; 4768041 - dans la belle forêt de hêtres. Il existe une voie un peu au-dessus, mais moins ombragée...
Le sol de l'ancien chemin que nous avons emprunté est caillouteux et parfois boueux, mais l'ombre du bois est très appréciable en été. 

Le chemin atteint un premier replat, contourne bientôt un bassin marécageux par la droite, avant de remonter une dernière pente évidente, mais raide et souvent ravinée. Il débouche sur le vaste plateau d'Ilarita. Les cromlechs les plus spectaculaires se trouvent à 200m à droite / nord, à 1387m d'altitude. (2)

Les deux cimes d'Okabe s'élèvent à 1456m et 1466m (sommet sud) et se gagnent facilement direction SSE, en 20mn environ depuis la nécropole. NB: coordonnées du rocher sommital: 30T 0654216; 4766424.

Pour augmenter un peu le dénivelé, on peut partir du chalet Pedro et suivre le GR10 par un large chemin très fréquenté, y compris par quelques vététistes...
Enfin, deux autres itinéraires un peu moins fréquentés, partent l'un du col d'Oraate et l'autre du col d'Irau. 
  • (1) Depuis Iratiko Etxola et le Chalet Pedro, suivre la D301 (étroite) et la direction d'Esterenzubi sur 4km environ.
  • (2) Ce bel ensemble de cromlechs, l'un des plus grands du Pays basque, date de l'âge du fer. Les cromlechs étaient des sépultures anciennes qui contenaient les cendres des défunts, parfois mélangées à de l'argile, ou enfouies à même le sol. On compte une vingtaine de cromlechs visibles  à Okabe, dont la moitié environ en bon état de conservation.
Préparation d'un bûcher d'incinération.
Illustration: J. BLOT, 
extraite de "Archéologie et montagne basque"

Cromlech d'Ilarita-Okabe, photo de juin 1992...

1992, ekaina ta uztaila:
2020, abuztua 6:
Mendi polita, magikoa pixkat bat... eta gure arbasoen mendi bat, haien errito leku garrantzitsuena bat.
Igotzen ez da zaila, Surzaiko lepo aldetik, baina umitasuna usu da, baso artean. Perfektua uda denboran!

Gora iritsitakoan eskuinara Ilarritako harrespilak daude (1387m) eta ezkerrera, gailurrak (1456 eta 1466m ).

Ikuspegi ederra tontorretik, bereziki Orhi eta Iratiko mendiak gainean.

lundi 10 août 2020

Redoute de Château Pignon et Rocher de Zerkupe

 Visite rapide de deux forteresses en ruines, 
témoins d'un passé plutôt belliqueux (!), 
près du Chemin de Roncevaux
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Croquis de Château Pignon et Zerkupe par Angulo.
Extrait de "Sites secrets du Pays basque", Elkar, 1989.
Tracé de la voie retour en rouge.

Rocher d'Urdanazburu et Château Pignon 
depuis les environs de la Vierge de Biakorri. 

Depuis la montée à Château Pignon 
massif d'Anie, Orhi et Pena Força. 

Redoute de Château Pignon, murailles sous le sommet. 

GR65 et crête frontière.

Près du sommet de Château Pignon. 
 Au second plan, Leizar Areka, Astobizkar. 
 
Construction plus récente à Château Pignon... 

Leizar Ateka et Astobizkar depuis Château Pignon. 

Anie et Orhi depuis Château Pignon.

Zoom sur Anie, Orhi, Montagnes de Zuriza,
depuis Château Pignon.

Ancienne redoute de Château Pignon, vue générale.

A la descente, Mendimotza et Adartza
 depuis la base de Château Pignon.

Urkulu, puis Orhi, piste d'Urdanazburu.

Arrivée près du Rocher de Zerkupe.

Rocher de Zerkupe et tracé de montée.

Fortifications de Zerkupe.

Fortification Sud-Est 
Au second plan, Itsasegi. 

Leizar Ateka et Urdanazburu ou Urdanazpuru
 depuis la montée finale vers Zerkupe.

Abri en pierre près du sommet de Zerkupe.

Ouarf, on est en haut...

Coucou depuis le sommet...

Contournement de la falaise sud, au retour.

Poursuite du contournement.

Vers la base de la falaise.

Contournement et remontée vers le Nord.

Cabane d'Urdanazburu, au retour.

Château Pignon, versant ouest, au retour. 

5 août 2020:
L'ancienne redoute de Château Pignon a été le théâtre de nombreuses batailles à travers les siècles, qu'il s'agisse des combats opposant l'Aragon et la Navarre au début du XVIème siècle, ou des batailles napoléoniennes plus récentes. Sa position stratégique, sur l'antique chemin de traversée des Pyrénées,  (voie romaine) lui permit pendant longtemps de servir de poste de défense.

Un peu moins connu, le Rocher de Zerkupe, qui se dresse comme une forteresse 150m au-dessus des lapiaz d'Elhursaro, lui a valu d'avoir été choisi certainement comme abri, puis comme fortification depuis plusieurs milliers d'années, avant d'être le siège, également au XVIème et à la fin du XVIIIème siècle, de combats spectaculaires.

Son accès est facilité par la piste de la cabane d'Urdanazpuru que l'on quitte pour aborder le point faible de la muraille (ancienne porte?), sur sa face nord. Les falaises sud et Ouest- où existent aujourd'hui des voies d'escalade de difficulté- constituent d'impressionnants murs de protection, à partir desquels furent élevés les abris et fortifications en pierre sèche, dont la largeur est d'environ 1.50 à 2m. Il semble que les murets élevés entre les  barres rocheuses servaient à délimiter les espaces d'habitation.

A Château Pignon comme à Zerkupe dont on sait qu'il s'agissait de sites "refuge" utilisés provisoirement et non en permanence par leurs occupants, des fouilles conduites par le Général Gaudeul dans les années 1980 ont permis de retrouver des balles, boulets, pointes de javelot, pièces de monnaie etc... et même, pour Zerkupe, une urne en terre cuite datant de l'âge du bronze ! 


RESUME DU PARCOURS:
Deux petits passages hors sentier:
Partie finale du Rocher de Zerkupe, 
et son contournement par le sud. 

Accès route:
Depuis St Jean-Pied-de-Port  / Garazi, prendre la D428 (étroite et très raide) qui suit le GR65 / Chemin de St Jacques / Jondoni Jakobe bidea, ou encore "route Napoléon". La suivre sur environ 9km pour stationner sur la gauche près de la Vierge d'Orisson ou Vierge de Biakorri, à 1096m.

0h 00: Aire de stationnement de la Vierge d'Orisson, 1096m; 30T 0642283; 4771323.
Pour éviter la route qui continue de monter en lacets, prendre au SO dans les pâturages en direction des postes de chasse, en diagonale ascendante (1). On arrive rapidement au pied de Château Pignon.
La montée peut s'effectuer par la droite (ouest) ou par la gauche (Est, moins direct), sur des sentes peu marquées mais sans problème sur sol sec.
0h 30 environ: Ancienne Redoute de Château Pignon, 1181m; 30T 0641727; 4770903.
Beau panorama sur la crête frontière. Ruines d'anciennes fortifications du début du XVIème siècle (2)

Pour visiter le site voisin de Zerkupe, il faut basculer à l'O-SO afin de viser la piste qui conduit à la cabane d'Urdanazpuru, direction ESE. 
Juste avant le dernier lacet, on quitte la piste - 30T 0641612; 4770603- pour viser la base et le collet NO du Rocher de Zerkupe (voir tracé).
1h environ: Collet NO à 1070m; 30T 0641747; 4770356.
On prend pied sur le versant nord du rocher incliné, en louvoyant au mieux entre herbe et rochers. La voie traverse l'esplanade centrale entourée de murs relativement bien conservés. La dernière partie aborde des abris de pierre sèche et un dernier piton rocheux ferme l'enceinte...
1h 30: Rocher de Zerkupe ou Zerkuharri, 1085m; 30T 0641789; 4770355.

On revient en principe par le même itinéraire, ou après avoir jeté un coup d'oeil aux falaises sud qui abritent des voies d'escalade. (3)

Avec Hanna, ma coéquipière toutou-terrain, j'ai prolongé le plaisir en allant contourner l'intégralité du rocher par le sud et l'Est.
Il faut pour cela suivre au sud une sente peu marquée près du pied de la falaise - quelques pitons d'escalade visibles en haut de la paroi -, puis rejoindre hors sentier une crête herbeuse (herbes hautes en été, prudence). On vise alors au nord un vallon bien raide, bordé d'un ruisselet à droite. On remonte ce court vallon direction nord-ouest et on débouche à proximité de la cabane.
2h: Cabane d'Urdanazpuru, 1048m; 30T 0641779; 4770538, où on retrouve la piste que l'on remonte jusqu'à la route et au point de départ.
2h 45 environ, sans se presser: Vierge de Biakorri.
  • (1) Mieux vaut tenir ses chiens en laisse dans le coin (zone pastorale).  Pas de souci. Mais si le berger pouvait, suite à un moment d'inattention de randonneurs bien éloignés, éviter de leur hurler dessus, ce serait parfait ! CQFD.
  • (2Des vestiges témoignent des constructions réalisées en 1512- 1513 sous l'autorité de Ferdinand II d’Aragon, dit Fernand le Catholique qui envahit à partir de cette année-là la NavarreDes affrontements eurent lieu par la suite, dès 1521, et la redoute fut détruite probablement vers 1527. Cela n'empêcha pas de nouveaux combats violents de s'y dérouler, puisqu'en 1793, durant la guerre entre la Convention française et l'Espagne, une seule bataille fit plus de 1300 morts. Enfin, à l’époque Napoléonienne (1813), Château Pignon vit s'affronter les troupes françaises du maréchal Soult à celles du maréchal anglais Wellington. Sources: JP Dugene site "En route avec Jean-Paul"; journal Sud-Ouest 17/6/2017.
  • (3) Le site étant classé, il convient de se renseigner avant de pratiquer l'escalade sur ces parois.
-----------------------------------------------
2020ko abuztuaren 5an:
Done Jakue Bidea -GR65- mendi honen oinean igarotzen da eta Biakorriko Ama Birjinaren ondoan utzi dezakezu autoa.
"Château Pignon" aski ezaguna da 
Aragoneek bertan egindako eraikina eta gotorleku bihurtuta ziren. Nafarroako eta Aragoako  erreinuak  gerlan diren orduan (XVI mendean). Eta gero batailak batzuk izan den leku hortan, Frantses "iraultza" gerla 1793an, eta azkenean, Napoleonaren kanpainarik bat (1813an). 
Bataila batzuk egon ziren ZERKUPE gainean ere, bainan leku hori gutxi ezagutzena da. 
Beharbada gotorlekua erromatarrek bertan eraiki zuten eraikina zen. "Castrum" bat ??  
Tontorretik, gotorleku hondatu baten  harresiak ikusten da. Hegoaldean, harresia handi tresnatua da, eskalada egiteko.