mardi 12 avril 2011

Crête d'Okabro, jusqu'à Saroberri.

Crête solitaire et exposée,
à consommer avec pas mal de prudence... et de délectation.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan du parcours

Pic d'Irau (Iraukotuturru) et arête d'Akerharri
depuis la base de la crête.

Premier (court) replat vers 650m.

Piton contournable par le bois.

Piton "1003" depuis la base de la crête
(partie supérieure)

Robert dans l'ascension de la pointe cotée 1003.

On se concentre...Photo de Robert

Pause récupération/contemplation.

Depuis la crête, vue sur le groupe des 3 pointes,
les plus délicates, dans la partie supérieure de la crête NO.

Zoom sur les 3 pointes délicates.


Portion délicate, avant de basculer sur 
les 2 dernières pointes.


Escalade de l'avant-dernière pointe ("milieu"),
la plus délicate.
Photo de Robert.

 On étudie le cheminement pour
la dernière pointe.

Dernière brèche. Photo de Robert.

Saroberri, cirque NE, depuis la dernière pointe

Zoom sur la partie supérieure de l'arête d'Okabro

Depuis le sommet de Saroberri,
Bizkarze et Orhi.

Au sommet du SAROBERRI, la délivrance.
Photo de Robert.

Massif des Arbailles, depuis le sommet du Saroberri.

Au retour,
brèche sur la crête de Peredikahegi.

Mendibeltz, Artanolatze,
depuis la crête de Peredikahegi

Crête d'Okabro depuis la crête de Peredikahegi.
Au second plan, Okabe.

Crête de Paradekahegi.

Oratoire-Chapelle St Sauveur / Salbadoreko Kapera.

Vestige d'un câble téléphérique qui servait
à l'exploitation du bois (voir note à la fin du sujet)

Crête d'Okabro depuis le vallon de Burdinarane.

Idioiniako Bordak.

9 avril 2011:
Cela faisait longtemps que je souhaitais m'aventurer sur la remarquable et puissante crête d'OKABRO reliant la vallée du Haut Esterenguibel au Mont Saroberri dans la région d'Irati.

En ce chaud samedi d'avril, grâce à une météo favorable et avec l'aide précieuse de Robert, nous avons pu dompter les obstacles de ce parcours pour le moins insolite.

Décrite comme sauvage et "au relief ruiniforme" par Angulo, la crête a été à la hauteur de nos attentes. On notera cependant que la mauvaise qualité du terrain (blocs de conglomérat friable à escalader, parfois masqués de végétation piquante...), rend cette  ascension délicate et exposée. 

Le parcours intégral de la crête (PD sup.), demande en effet une vigilance constante pendant plus de 2h, dans des paysages sublimes. (1) Il se termine par une crête plus facile culminant au Saroberri, couvert de pâturages.

Nous avons choisi de revenir en boucle par la crête de Peredikahegi qui offre de belles échappées sur le versant NE de la crête d'Okabro. (2)
  • (1) On peut selon Miguel ANGULO  contourner les pointes les plus sévères par des sentes imprécises traversant des dalles inclinées. Mais nous avons choisi de rester toute crête.
  • (2) Diaporama "souvenir" de la journée: Okabro

RESUME DU PARCOURS:
Ascension hors sentier sur terrain délicat (PD sup.).
Nombreux passages d'escalade soutenus et aériens.
Piolet et corde utiles. (1)

NB: par commodité, j'ai choisi de numéroter les pointes ou pitons.
Accès route: Depuis Garazi / Saint-Jean-Pied-de-Port, prendre la D 18 en direction de Mendive / Mendibe et Irati. Monter vers le col de Burdinkurutzeta et quitter la route au niveau du Col d'Haltza/ Haltzako Lepoa pour emprunter une piste pastorale qui descend vers la vallée du Haut Esterenguibel. Après 3,5 kms environ, on se gare au niveau d'Idioniako Bordak (trois bâtiments, ruisseau).

0h 00: Idioiniako Bordak, 494m 30T 0653551; 4770559. On grimpe en face, donc direction Est, sur une vague et RAIDE sente qui se dirige vers quelques blocs posés dans l'herbe. On suit ainsi le cheminement logique de la crête dès le départ.
0h 30: Vers 650m, premier replat avec piton spectaculaire en contrehaut à droite. On le contourne par la gauche en suivant une sente dans le bois pour remonter au Sud puis au SO vers une brèche en terrain découvert.
1h: deuxième replat avec la pointe "1" cotée 805 sur la droite (30T 0653820; 4770044). On y monte sans aucune difficulté.
La voie passe ensuite au col coté 788- 30 T 0653894; 4769936- et se dirige vers le SE en suivant la crête. Celle-ci se redresse et se rétrécit en entrant dans le bois, dans une ambiance "arbaillesque"...
ON PEUT CONSIDERER QUE
 LE PARCOURS DE "SIMPLE RANDONNEE" S'ARRÊTE LÀ.

On grimpe en direction du premier piton "sérieux" coté 904.
Bien qu'il semble possible de le contourner par la droite, nous avons choisi de le remonter intégralement par le fil de la crête (terrain délité demandant de la prudence)
1h 40: Pointe "2", 904 m 30T 0654371; 4769660.
Pour atteindre la pointe suivante, nous avons également suivi le fil de la crête aérienne qui, après une brèche, se raidit progressivement et se termine par une portion couverte d'arbustes.
2h 15: Pointe "3" cotée 1003 - 30T 0654501; 4769573.
Depuis le sommet, on observe au SE les 3 pointes suivantes qui paraissent inaccessibles...
L'ascension de la première pointe de la série, longue et exposée (II), a été grimpée avec l'aide précieuse du piolet (terrain mixte).
2h 40: Pointe "4" à 1048m 30T 0654700; 4769387.
Nous avons traversé une dalle inclinée avant d'escalader la pointe du "milieu", la plus exposée: il faut en effet opérer sur les 10 derniers mètres un rétablissement délicat sur la crête effilée (pas de II+  en rocher instable) (2).
2h 55: Pointe "5" cotée 1094 (30T 0654783; 4769335).
Il a fallu ensuite repiquer vers la jolie brèche rocheuse - voir photo- et rejoindre un peu plus tard une sente que nous avons rapidement quittée pour grimper toute crête jusqu'au  dernier piton, moins délicat.
3h 10 à 3h 15: Pointe "6", 1120m (1111m sur mon altimètre): 30 T 0654857; 4769287.

Le parcours devient ensuite plus "classique": on traverse un délicieux col herbeux pour remonter, direction Est, la crête du Saroberri et admirer son magnifique cirque NE.
3h 40: col avec citerne et abreuvoir à 1255 m 30T 0655255; 4769283. Il ne reste plus qu'à remonter au SE dans les pâturages, jusqu'au sommet:
4h 00: SAROBERRI, 1338m. 30T 0655577; 4769055.

DESCENTE: Nous sommes revenus jusqu'au col (citerne) pour aller rejoindre au NE la crête de Peredikahegi.
Le sentier est -enfin-  bien tracé, traverse une brèche et plonge en direction de la chapelle St Sauveur / Salbadoreko Kapera / Salbatore de Mendibe, construite au XIIème siècle.
Environ 250m avant la chapelle, on oblique nettement à l'Ouest après une construction en ruine- ancien câble téléphérique- (3), pour viser un vallon étroit (Burdinarane). Des sentes raides et confuses conduisent au fond du talweg à 560m environ (30T 0653988; 4770681)
On retrouve la piste pastorale que l'on suit sur environ 300m pour revenir au point de départ
6h: Idioiniako Bordak.
  • (1) Le port des gants peut s'avérer intéressant pour se protéger de la végétation. Mais nous avons choisi de ne pas les utiliser pour mieux assurer nos prises.
  • (2) En cas de doute pour franchir les deux premières pointes de la "série", le contournement devra se faire nettement plus bas car il est risqué à mon avis d'oser un demi-tour dans la partie supérieure.
  • (3) Il s'agit de vestiges de construction d'un câble téléphérique de 13 kms en trois parties qui, de 1927 à 1957, servait à acheminer le bois d'Irati vers la scierie de Mendive. Ce téléphérique, construit par la famille Morettia également servi, dans l'autre sens, à faire évader des fugitifs vers l'Espagne pendant la seconde guerre mondiale, grâce notamment à l'action du propriétaire de la scierie de Mendive, Charles Schepens, aidé du berger basque Jean Sarochar. Merci à Xan et à Robert, et au livre remarquable de Baptiste Etcharren Lohigorri (publié fin 2017) de m'avoir permis de glaner ces précieuses informations.
________________________

2011eko apirilk, 9:
Iratiko mendietarik Saroberri da, Burdinkurutzeta lepoko aldean. 
Igoerarik politena eta gogorrena Okabro gandoratik pasatuta egin daiteke.

Kasu emazu!...gandorra gutxi ezaguna da hau, eta zaila ere bai.
Hastean, Idioinako borda ondotik  xendera txiki bat hautua egin dugu ekialdera, eta laster suntsitu da hau (Mapa ikusi). Igoera gogortzen du lehen puntaraino (904m). 
Lau beste puntak zeharkatu dugu, eta neke nahiko handi bat galdatzen duSoka erabilgarri izan daiteke, bereziki hasiberrientzako menditarrak, bainan ezkalada zailtasun nagusia ez da ene ustez. 
Lur txarra kalitatea lehen arriskua da, segurki .
Azken partea errazagoa da Saroberri tontorreraino (1338mk).

Jaustean,  Peredikaegiko gandor hartu dugu, eta hortik Salbadoreko Kapera aldean pasatu dugu, Burdinarane ibar barna.

4 commentaires:

Robert a dit…

Agur Peio,
Encore une mémorable journée. Quelle riche idée que tu as eu d'aller traîner les "grolles" et les mains dans ce recoin "gazeux" et secret de "notre" chère et belle montagne basque.
@+
Robert

Lagrole a dit…

Milesker Robert!
En effet, quelle aventure mémorable, où l'engagement et l'esthétique ne faisaient qu'un...
... loin des sentiers battus.
@+

bernard a dit…

Agur Peio,
Je suppose que tu es bien rentré de vacances.
De bien belles images toujours aussi bien commentées.
Ton blog a vraiment pris du contenu, de la bouteille diront certains.
Un jour, il faudra bien que je l'explore ta belle terre d'Euskadie.

bernard

Lagrole a dit…

Merci beaucoup/Milesker ainitz Bernard pour ton commentaire.
Ce serait un plaisir d'explorer quelques recoins secrets du Pays basque, en ta compagnie si tu le souhaites.

@+